Penser l’utilité et la lisibilité des institutions

Il est primordial de penser l’utilité et la lisibilité des institutions en Belgique.

Le 26 janvier 2020, dans « C’est pas tous les jours dimanche », je reviens sur les propos de Georges-Louis Bouchez concernant les institutions belges et la Belgique unitaire. Retrouvez l’émission complète ICI.

Bouchez ne cultive pas la langue de bois

Tout d’abord, je suis fier d’avoir un Président de parti qui ne cultive pas la langue de bois. Georges-Louis Bouchez fait partie d’une génération qui se pose des questions sur l’efficacité et la lisibilité des institutions créées au fur et à mesure des réformes de l’Etat.

Penser l’utilité et la lisibilité des institutions

Premièrement, dans son interview à Wilfried, Georges-Louis Bouchez ne parle pas de supprimer les institutions (Régions, etc.). Il souhaite questionner la manière constante en Belgique de diviser plutôt que d’unifier. Il est plus facile d’installer une désunion plutôt qu’une union.

Ensuite, plusieurs chiffres montrent que les dépenses publiques augmentent plus fortement que la croissance de l’Etat. Dès lors, on est en droit de se poser la question sur l’utilité de toute cette désunion que l’on a construit.

Enfin, pour rappel, de 2014 à 2018, le Fédéral a créé 300.000 emplois sans réformer l’Etat. La question n’est pas de remettre à plat le système. Il s’agit de savoir dans quelles mesures les éléments construits durant les réformes de l’Etat sont réellement efficaces et lisibles pour les citoyens.

Vous aimerez aussi