fbpx

Faire davantage de place aux entrepreneurs

Dernièrement, BXFM m’invitait dans leur studio pour leur semaine consacrée à la nouvelle économie (podcast ici).

Bruxelles doit devenir la plateforme européenne des entrepreneurs. Pour ce faire, le terreau doit être le plus fertile possible. Bruxelles doit davantage faire place à ceux qui souhaitent risquer l’entrepreneuriat, quitte en leur apportant une garantie dans les prochains mois. Sortir de la liquidité pour investir dans son projet, c’est une dose de risque.

La Région de Bruxelles et Hub.brussels ont un rôle à jouer. Il faut pouvoir garantir que l’emprunt qu’un entrepreneur contracte pour se lancer dans une initiative puisse jouir d’une série de garanties car le risque est plus élevé que par le passé. Si ce risque aboutit, si ce projet aboutit, l’entrepreneur concrétise son succès personnel. Et ce succès personnel va s’inscrire dans une grande réussite collective dont a besoin Bruxelles.

David Leisterh Première BX1 9 juin

Ce qui nous rend différent ce n’est pas la couleur de peau, c’est la couleur de nos pensées

Ce lundi 8 juin, j’étais sur La Première et Bx1 pour notamment parler de la manifestation « Black Lives Matter » qui s’est déroulée à Bruxelles le dimanche 7 juin.

Depuis plusieurs jours le monde se lève pour rappeler que ce qui nous rend différent ce n’est pas la couleur de peau, c’est la couleur de nos pensées. La pensée raciste, excluante tue, blesse chaque jour, et ce, malgré que l’on soit en 2020. C’est un des combats les plus noble qu’il soit, et que nous partageons bien entendu.

 

Ce dimanche, le MR a également montré sa solidarité et sa volonté de combattre le racisme mais à l’écart de la manifestation, pour ne pas ajouter de risque, aussi par respect pour le personnel soignant et pour les forces de police. La manifestation a démontré que les mesures ne pourraient pas être rencontrées. En effet, dans l’Echo, j’explique qu’il aurait fallu réfléchir à d’autres formules. « Pourquoi ne pas envisager le stade Roi Baudouin qui peut contenir 50.000 personnes ? On aurait pu y faire respecter la distanciation sociale et mettre en avant l’ASBL organisatrice de l’événement. »

Retrouvez l’article de l’écho ICI.

 

 

Une batterie de mesures pour aider le secteur culturel

Dernièrement, j’étais sur le plateau d’Arabel. J’y ai notamment expliqué le travail du Mouvement réformateur pour aider le secteur culturel.

« Si l’on coupe dans les budgets de la culture, pourquoi est-ce que l’on se bat ? »

Cette phrase, prononcée par Churchill lorsque l’on voulait couper dans les budgets de la culture en période de guerre, prend encore tout son sens aujourd’hui. Il est primordial de trouver des moyens pour les aider au mieux à traverser cette crise.

Zone 20 à Bruxelles: la concertation est primordiale

Zone 20 à Bruxelles : la concertation est primordiale

Au Mouvement Réformateur, nous voulons un Bruxelles qui évolue avec la concertation au centre des projets. Nous ne souhaitons pas un Bruxelles des années 70 avec ses autoroutes urbaines.

La concertation est primordiale

Pour ce faire, il faut éviter les projets qui ne rentrent pas dans la concertation, que ce soit avec la police, les pompiers, les acteurs sociaux et économiques du quartier. Si le Gouvernement impose, il oppose. Si le Gouvernement fait les choses contre les gens, il ne fera pas les choses avec les gens. Il est primordial de ne pas reproduire le même type d’erreur que l’on a connu avec le piétonnier.

Ne pas punir les non-cyclistes

À Bruxelles, plus de 85% des Bruxellois ou des navetteurs n’ont toujours pas l’habitude de rouler en vélo. Il est nécessaire de respecter ces derniers. Ils ne doivent pas se sentir punis.

Bruxelles : Une revalorisation rapide des barèmes des soignants

Ce samedi 2 mai, j’ai demandé au Gouvernement bruxellois d’agir dès maintenant pour que le personnel soignant des hôpitaux publics soit mieux rémunéré dès l’été prochain en Région bruxelloise. Le Gouvernement bruxellois, qui s’était d’ailleurs engagé à agir en janvier dernier, doit prendre sans attendre les mesures qui s’imposent pour combler l’écart de revenus observé au détriment des infirmier(e)s de la capitale.

Région bruxelloise: un sous-financement du barème du personnel des soins de santé

L’écart mensuel de salaire du personnel soignant bruxellois se situe dans une fourchette allant de 50 à 150 euros net par mois par rapport à celui de ses homologues flamand et wallon. En l’absence d’un budget depuis de nombreux mois, et sans réelle volonté politique, le Gouvernement bruxellois est paralysé, prisonnier de son indolence.

 

Pour retrouver l’article complet de BX1: CLIQUEZ ICI

L’hostilité est surmontable. Pas l’indifférence.

Dans La Libre Belgique, je reviens sur les déclarations de Joachim Coens, président du CD&V. Ses propos témoignent de l’incapacité des dirigeants politiques de la capitale à faire exister Bruxelles aux yeux des deux autres régions.

Inacceptable

« Joachim Coens fait l’impasse sur Bruxelles, que je défends plus que tout. C’est inacceptable. Il est exclu que nous nous retrouvions dans une configuration où Bruxelles est cogérée par la Wallonie et par la Flandre ».

Placer Bruxelles suffisamment fort sur la carte politique belge

« Cette intervention du président du CD&V, désormais ex-informateur, traduit une carence de caractère dans le chef des leaders politiques bruxellois au pouvoir ». Pour mémoire, le Mouvement réformateur est dans l’opposition depuis plus de quinze ans en région bruxelloise.

« Ces leaders politiques ne sont clairement pas parvenus à placer Bruxelles de manière suffisamment forte sur la carte politique belge pour qu’elle puisse compter aux yeux des deux autres régions. C’est un échec; Aujourd’hui, je les entends protester mais qu’ils agissent pour Bruxelles ».

Pour lire l’article au complet, cliquez ICI.

Penser l’utilité et la lisibilité des institutions

Il est primordial de penser l’utilité et la lisibilité des institutions en Belgique.

Le 26 janvier 2020, dans « C’est pas tous les jours dimanche », je reviens sur les propos de Georges-Louis Bouchez concernant les institutions belges et la Belgique unitaire. Retrouvez l’émission complète ICI.

Bouchez ne cultive pas la langue de bois

Tout d’abord, je suis fier d’avoir un Président de parti qui ne cultive pas la langue de bois. Georges-Louis Bouchez fait partie d’une génération qui se pose des questions sur l’efficacité et la lisibilité des institutions créées au fur et à mesure des réformes de l’Etat.

Penser l’utilité et la lisibilité des institutions

Premièrement, dans son interview à Wilfried, Georges-Louis Bouchez ne parle pas de supprimer les institutions (Régions, etc.). Il souhaite questionner la manière constante en Belgique de diviser plutôt que d’unifier. Il est plus facile d’installer une désunion plutôt qu’une union.

Ensuite, plusieurs chiffres montrent que les dépenses publiques augmentent plus fortement que la croissance de l’Etat. Dès lors, on est en droit de se poser la question sur l’utilité de toute cette désunion que l’on a construit.

Enfin, pour rappel, de 2014 à 2018, le Fédéral a créé 300.000 emplois sans réformer l’Etat. La question n’est pas de remettre à plat le système. Il s’agit de savoir dans quelles mesures les éléments construits durant les réformes de l’Etat sont réellement efficaces et lisibles pour les citoyens.

Pas de problème avec les mandataires ayant une double nationalité

Dans l’émission « À votre avis » du 22 janvier 2020, je revenais sur l’éviction d’Emir Kir du Parti socialiste et du communautarisme. Pour revoir l’émission complète: ICI.

Affaire Emir Kir: le PS aurait dû agir plus vite

Emir Kir est un multirécidiviste. Ce n’est pas la première fois qu’il agit de la sorte. Il refuse de reconnaitre le génocide arménien, a eu des contacts avec l’extrême droite par le passé. Le PS aurait pu agir plus vite. Si j’étais Président du PS, ce que je n’aspire pas à devenir, je n’aurais pas été d’accord de garder aussi longtemps un mandataire socialiste qui se dit aussi « erdoganiste ».

Le PS aurait pu peut-être agir un peu plus vite. Mais en attendant, il y a eu les élections où Emir Kir a ramassé 18.500 voix. Le PS a attendu de l’évincer après les élections.

Pas de problème avec les mandataires ayant une double nationalité

Enfin, concernant les mandats pour les personnes ayant une double nationalité, le MR n’a pas de problème. Une personne demandant la nationalité belge effectue un pas symbolique et concret vers la Belgique. Il faut respecter les origines des uns et des autres.

Il est important de s’assurer que les mandataires respectent un socle de valeur commun et ne s’en écartent pas. Autrement, ils tombent dans le communautarisme.

Candidature à la présidence de la Régionale de Bruxelles du MR

Ma candidature à la présidence de la Régionale de Bruxelles du MR

Je vis à Bruxelles et suis membre du Mouvement Réformateur. Je mesure pleinement les défis qui sont ceux de notre Région mais aussi ceux de notre parti.

Parce qu’il n’y a, en politique, pas de plus grand risque que celui de n’en prendre aucun, j’ai décidé de me porter candidat à la présidence de la Régionale de Bruxelles du MR.

Avec une équipe formidable, nous voulons être au service des militants et des membres et faire de la Régionale la boussole d’un grand mouvement à Bruxelles dont vous serez l’aiguille.

Comment ? En faisant revivre le libéralisme ouvert de Jacques Simonet : celui qui se veut participatif et émancipateur, qui rappelle la force du travail et la méritocratie mais défend aussi l’égalité des chances pour chacune et chacun, un libéralisme qui peut convaincre tous les quartiers de Bruxelles et de la périphérie.

 

Je fais également part de ma candidature à la Présidence de la Régionale sur BX1. J’étais l’invité politique de l’émission ce 15 janvier.

 

Retrouvez également mon interview dans Le Soir concernant ma candidature : https://plus.lesoir.be/272957/article/2020-01-15/david-leisterh-candidat-la-presidence-du-mr-bruxellois

Les pensions les plus basses ont augmenté durant la législature 2014-2019

Dans l’émission « À votre avis » du 19 décembre, je reviens sur la thématiques des pensions. J’y explique notamment que, durant la législature de Charles Michel, les pensions les plus basses ont augmenté.

En outre, j’interviens également sur la pénibilité des métiers pour les pensions. Le Gouvernement Michel a réalisé un travail conséquent afin de savoir quel citoyen effectue un métier pénible.