Stopper l’exode des petits commerces de Bruxelles

Bruxelles perd trop de petits commerces !

La DH expliquait récemment que : « près de 10.000 commerces ont quitté Bruxelles en l’espace de dix ans.« . En effet, de plus en plus de petits commerces désertent la capitale. En 10 ans, près de 9700 petits commerces ont disparus de Bruxelles. En Wallonie, c’est 2500 petits magasins qui ont déserté la Région sur la même période.

Plusieurs facteurs

Plusieurs éléments provoquent ce phénomène:  » loyers peu attractifs, pression des promoteurs immobiliers, réduction du flux des passants et concurrence inexorable du commerce en ligne.« . Tous ces éléments participent à l’exode des commerçants des grandes villes et à la prolifération des vides locatifs.

Accompagner les indépendants

Pour ces raisons, j’ai interrogé en commission Affaires économiques la Secrétaire d’Etat en charge de la Transition économique Barbara Trachte. Je souhaite connaitre en effet les mécanismes d’accompagnement mis en place en Région bruxelloise pour faire face à cette concurrence. Ces mécanismes doivent permettre aux indépendants de diversifier leurs activités, notamment par la mise en place de services en ligne.

 

Ceci pourrait vous intéresser:

Séance plénière : l’accord de Gouvernement

Je ne parle pas de Benetton ou de Coca-Cola, mais du vendeur de vélos ou du fleuriste du coin ! Ce sont ces personnes-là qu’il faut promouvoir. Il y a toute une série de Bruxellois et de Bruxelloises qui sont prêts et prêtes à prendre des risques. S’il vous plaît, prenez-en quelques-uns pour eux aussi ! M. David Leisterh (MR) prend la parole : M. le ministre-président, vous savez que je suis très attaché à l’action des CPAS et je reconnais que dans l’accord de gouvernement se trouvent une série de promesses louables en la matière. Je pense au renforcement de la médiation de dettes, de la coordination sociale – que l’on attend depuis longtemps -, ou de la dotation du Fonds spécial de l’aide sociale (FSAS). Ce sont de très belles mesures, mais sachez que nous allons vous interroger sur leur financement pendant au moins cinq ans. Je voudrais revenir sur ceux qui font la richesse de Bruxelles, qui veulent porter leur propre projet économique, qui veulent créer leur emploi : les entrepreneurs. Nous avons parfois l’impression que dans l’accord de gouvernement, l’entrepreneuriat est un gros mot, et nous le regrettons. Nous avons beaucoup parlé de l’exode de la classe moyenne, mais la valorisation et l’encouragement de ceux qui veulent créer leur propre projet devraient davantage transpirer de cet accord de gouvernement. De nombreuses personnes voudraient déposer des projets en matière de développement durablePourquoi ne sont-elles pas soutenues davantage ? Il y a aussi des personnes qui ont perdu leur emploi et cherchent à en retrouver un. Pour le moment, elles ont deux options : trouver un emploi ou trouver une formation. Il existe pourtant une troisième option, qui est trop peu mise en avant : créer son propre emploi. Si elles ont lu l’accord de gouvernement, ces personnes savent qu’elles devront probablement attendre cinq ans de plus. Et pourtant, il existe des mesures et des initiatives qui portent leurs fruits. Ce n’est pas Mme Fremault qui dira le contraire ! Ce sont les coopératives d’activités, par exemple, dont certaines existent depuis longtemps. Elles ont créé plus de trois mille projets en dix ans ! Je pense que cela devrait se retrouver davantage dans ce texte. Je ne dis pas que ce n’est pas votre volonté, mais cela ne transpire pas de l’accord de gouvernement. Je ne parle pas de Benetton ou de Coca-Cola, mais du vendeur de vélos ou du fleuriste du coin ! Ce sont ces personnes-là qu’il faut promouvoir. Il y a toute une série de Bruxellois et de Bruxelloises qui sont prêts et prêtes à prendre des risques. S’il vous plaît, prenez-en quelques-uns pour eux aussi ! Lien vidéo : https://www.facebook.com/DLeisterh/videos/2374495899428922/?t=1]]>