MR Bruxelles – Coronavirus

Chères amies, Chers amis,

 

J’aurais aimé pouvoir vous envoyer ce courriel en vous annonçant une série de bonnes nouvelles en lien avec la Régionale de Bruxelles et de la Périphérie.

Depuis un mois maintenant, le travail préparatif a été intense en vue de redéployer notre Régionale. La volonté est d’animer la vie politique bruxelloise, d’être présents dans les sections, bref de construire la colonne vertébrale du redéploiement des Libéraux.

Nous voulions vous réunir début avril pour commencer à débattre des enjeux de notre ville région. Nous avions déjà commencé à renforcer notre présence sur le terrain. Nous nous mettions en ordre de marche.
Mais ces dernières semaines, le COVID-19 a balayé toutes les priorités qui avaient été définies et soutenues. Désormais, la seule chose qui compte, c’est que chacun veille à sa santé et à celle des autres. Pour vous et pour vos proches, respectons strictement les consignes de sécurité imposées. Cette épreuve fait appel à notre responsabilité collective. Pour rappel, les mesures sont les suivantes : https://www.info-coronavirus.be/fr/

Soyons à la hauteur de l’enjeu.

Je sais que certains d’entre vous sont seuls, peut-être loin de leur famille. D’autres encore sont inquiets. S’il vous plait, gardez confiance. En notre Gouvernement et sa Première Ministre, en vous, en notre pays, en l’avenir qui ne pourra qu’être meilleur. Mettons en avant nos espoirs, notre bonne humeur et notre bon sens. Nous nous en sortirons tous ensemble.

Je veux dire aussi à tous les indépendants qu’ils pourront compter sur nous. Le MR bruxellois aura toujours vocation à être à vos côtés . Là où nous sommes aux responsabilités nous ne vous décevrons pas. Plusieurs mesures en faveur des entreprises, des indépendants et des travailleurs ont déjà été prises.

Là où nous sommes dans l’opposition, nous ferons notre travail de contrôle et nous serons une force de proposition pour défendre vos droits.

Je veux dire aussi mon admiration, mon respect et ma gratitude envers celles et ceux qui, dans cette crise, sont en première ligne. Personnel hospitalier, forces de l’ordre, tissu associatif, personnel des maisons de repos, des services publics, des magasins alimentaires,… : ils sont le ciment de notre société.

Ces derniers jours, ils ont réussi tous leurs rendez-vous. Tous. Merci.

Parmi vous se trouvent aussi de nombreux membres de conseil/collège communal ou de conseil de l’action sociale. Malgré les circonstances, nous cherchons toutes et tous à continuer à assurer la continuité des services publics au mieux. Tous nos bourgmestres ou présidents de CPAS prennent d’excellentes initiatives en la matière et redoublent d’ingéniosité. Merci à eux. A titre personnel, je reporte les séances que je peux reporter ou développe enfin la vidéo-conférence. Pour votre information à toutes et tous, vous trouverez ici la dernière circulaire ministérielle Covid- 19 donnant des mesures organisationnelles pour les instances de décisions pour les 19 communes de Bruxelles.

Parmi vous aussi se trouvent des personnes qui se trouvent en difficulté en raison de cette terrible crise sanitaire.

Même si nous n’avons pas vocation à nous substituer aux structures existantes, nous disposons d’une équipe qui peut néanmoins essayer de vous aider. N’hésitez pas à prendre contact avec nous par retour de mail à president@mr-bruxelles.eu

Je songe particulièrement aux personnes isolées qui vivent péniblement les conditions du confinement et, en particulier, nos amis seniors. La solidarité et la fraternité ne doivent pas être des mots vains. Jacques Oberwoits, le président des seniors, me fait savoir qu’il est également à leur écoute (jacques@oberwoits.be) avec toute son équipe.

Pour revenir à la Régionale de Bruxelles et de la Périphérie, nous prenons donc un peu de recul. Mais notre motivation est intacte. Nous comptons sur vous, aujourd’hui, pour lutter contre la propagation de ce virus. Et nous compterons sur vous, demain, pour construire le Bruxelles de demain.

A très bientôt,

 

David Leisterh
Président

Stopper l’exode des petits commerces de Bruxelles

Bruxelles perd trop de petits commerces !

La DH expliquait récemment que : « près de 10.000 commerces ont quitté Bruxelles en l’espace de dix ans.« . En effet, de plus en plus de petits commerces désertent la capitale. En 10 ans, près de 9700 petits commerces ont disparus de Bruxelles. En Wallonie, c’est 2500 petits magasins qui ont déserté la Région sur la même période.

Plusieurs facteurs

Plusieurs éléments provoquent ce phénomène:  » loyers peu attractifs, pression des promoteurs immobiliers, réduction du flux des passants et concurrence inexorable du commerce en ligne.« . Tous ces éléments participent à l’exode des commerçants des grandes villes et à la prolifération des vides locatifs.

Accompagner les indépendants

Pour ces raisons, j’ai interrogé en commission Affaires économiques la Secrétaire d’Etat en charge de la Transition économique Barbara Trachte. Je souhaite connaitre en effet les mécanismes d’accompagnement mis en place en Région bruxelloise pour faire face à cette concurrence. Ces mécanismes doivent permettre aux indépendants de diversifier leurs activités, notamment par la mise en place de services en ligne.

 

Ceci pourrait vous intéresser:

Candidature à la présidence de la Régionale de Bruxelles du MR

Ma candidature à la présidence de la Régionale de Bruxelles du MR

Je vis à Bruxelles et suis membre du Mouvement Réformateur. Je mesure pleinement les défis qui sont ceux de notre Région mais aussi ceux de notre parti.

Parce qu’il n’y a, en politique, pas de plus grand risque que celui de n’en prendre aucun, j’ai décidé de me porter candidat à la présidence de la Régionale de Bruxelles du MR.

Avec une équipe formidable, nous voulons être au service des militants et des membres et faire de la Régionale la boussole d’un grand mouvement à Bruxelles dont vous serez l’aiguille.

Comment ? En faisant revivre le libéralisme ouvert de Jacques Simonet : celui qui se veut participatif et émancipateur, qui rappelle la force du travail et la méritocratie mais défend aussi l’égalité des chances pour chacune et chacun, un libéralisme qui peut convaincre tous les quartiers de Bruxelles et de la périphérie.

 

Je fais également part de ma candidature à la Présidence de la Régionale sur BX1. J’étais l’invité politique de l’émission ce 15 janvier.

 

Retrouvez également mon interview dans Le Soir concernant ma candidature : https://plus.lesoir.be/272957/article/2020-01-15/david-leisterh-candidat-la-presidence-du-mr-bruxellois

Place Keym : the Place to be

Je vis près de la Place Keym depuis un moment.
Surtout, je vis la Place Keym depuis longtemps.
On connaît ses soucis : un revêtement glissant, un bail emphytéotique qui freine le dynamisme économique de nos commerçants, un sentiment d’insécurité parfois, des monticules embêtants, etc.
Pourtant, la Place Keym a une autre vocation, bien plus ambitieuse : une place où le mercredi après-midi vous mangez votre glace avec vos enfants qui jouent à quelques mètres. Une place où vous passez régulièrement par une galerie illuminée de commerces animés et de commerçants souriants. Une place où vous allez tous les mercredis faire vos emplettes sur le nouveau marché. Une place où vous êtes nombreux à terminer votre soirée au Delvaux ou dans un des restaurants avoisinants. Ou, tout simplement, une place où vous aimez vous poser.
Bref, la Place to be.
De tout ceci et de bien d’autre éléments, on en parle ensemble depuis longtemps.
Il y a aujourd’hui urgence et nous le mesurons bien. C’est donc heureux et surtout rempli d’espoir que nous vous proposons le projet ci-dessous. D’avance merci pour vos retours.
————————————————–
La nouvelle place Keym : priorité à la convivialité, à la verdurisation et à la facilité d’accès aux commerces.
Après quelques mois de réflexion, et tenant compte des multiples concertations avec les habitants et les commerçants, le Collège des Bourgmestre et Echevins vous présente sa vision pour la place Keym.
Il souhaite, avant tout, conserver le caractère intimiste de la place, maintenir et dynamiser l’activité commerciale, donner la priorité à l’usager faible, ajouter un complément d’aménagement pour améliorer la cohésion sociale de la place, sa convivialité, l’intégration de toutes et tous, favoriser la mobilité douce et répondre aux changements climatiques.
En janvier 2018, nous avions prévu principalement les lignes directrices suivantes : après la rénovation des égoûts, le maintien des voiries et des dispositions de stationnement, la rénovation du pavage, la supression d’une partie des monticules, le maintien des plantations actuelles, l’ajout éventuel de quelques plantations, et le renouvellement d’une partie du mobilier urbain.
La Région nous a fait savoir que ces aménagements, même très légers, nécéssitent un permis d’urbanisme.
L’introduction obligatoire d’une demande de permis d’urbanisme entrainant inévitablement une diminution du nombre de places de parking demandée par la Région,cette diminution attendue des emplacements de parkings se fera en priorité dans les amorces des rues attenantes à la place, suivant une répartition équilibrée et en maintenant autant que possible les emplacements proches des commerces.
Le nouveau projet d’aménagement va prévoir : les espaces nécessaires pour les marchés, des emplacements de parking limités dans le temps (30 minutes), une augmentation du nombre d’espaces de stationnement pour les vélos et triporteurs de livraison, une mise en zone 20km/heure, plus d’espaces végétalisés tendant vers 60% de la surface de la place, la réfection de l’étanchéité de la place, un nouveau revêtement de sol adapté aux personnes à mobilité réduite, l’ajout de nouveaux arbres, des fontaines, un espace de jeux pour les enfants, des tables pour les pics niques …
En vue d’augmenter l’activité commerciale de la place, nous avons également lancé la concertation, avec les co-proporiétaires par rapport au bail emphytéotique. En parallèle, nous relancerons le processus visant à prévoir une seconde entrée du parking côté avenue de la Sauvagine.
La place Keym, pôle de proximité, est un espace public remarquable de notre village en ville, qui mérite une rénovation de qualité pour que chacune et chacun s’y sente bien !
Le Collège des Bourgmestre et Echevins

Séance plénière : l’accord de Gouvernement

Je ne parle pas de Benetton ou de Coca-Cola, mais du vendeur de vélos ou du fleuriste du coin ! Ce sont ces personnes-là qu’il faut promouvoir. Il y a toute une série de Bruxellois et de Bruxelloises qui sont prêts et prêtes à prendre des risques. S’il vous plaît, prenez-en quelques-uns pour eux aussi ! M. David Leisterh (MR) prend la parole : M. le ministre-président, vous savez que je suis très attaché à l’action des CPAS et je reconnais que dans l’accord de gouvernement se trouvent une série de promesses louables en la matière. Je pense au renforcement de la médiation de dettes, de la coordination sociale – que l’on attend depuis longtemps -, ou de la dotation du Fonds spécial de l’aide sociale (FSAS). Ce sont de très belles mesures, mais sachez que nous allons vous interroger sur leur financement pendant au moins cinq ans. Je voudrais revenir sur ceux qui font la richesse de Bruxelles, qui veulent porter leur propre projet économique, qui veulent créer leur emploi : les entrepreneurs. Nous avons parfois l’impression que dans l’accord de gouvernement, l’entrepreneuriat est un gros mot, et nous le regrettons. Nous avons beaucoup parlé de l’exode de la classe moyenne, mais la valorisation et l’encouragement de ceux qui veulent créer leur propre projet devraient davantage transpirer de cet accord de gouvernement. De nombreuses personnes voudraient déposer des projets en matière de développement durablePourquoi ne sont-elles pas soutenues davantage ? Il y a aussi des personnes qui ont perdu leur emploi et cherchent à en retrouver un. Pour le moment, elles ont deux options : trouver un emploi ou trouver une formation. Il existe pourtant une troisième option, qui est trop peu mise en avant : créer son propre emploi. Si elles ont lu l’accord de gouvernement, ces personnes savent qu’elles devront probablement attendre cinq ans de plus. Et pourtant, il existe des mesures et des initiatives qui portent leurs fruits. Ce n’est pas Mme Fremault qui dira le contraire ! Ce sont les coopératives d’activités, par exemple, dont certaines existent depuis longtemps. Elles ont créé plus de trois mille projets en dix ans ! Je pense que cela devrait se retrouver davantage dans ce texte. Je ne dis pas que ce n’est pas votre volonté, mais cela ne transpire pas de l’accord de gouvernement. Je ne parle pas de Benetton ou de Coca-Cola, mais du vendeur de vélos ou du fleuriste du coin ! Ce sont ces personnes-là qu’il faut promouvoir. Il y a toute une série de Bruxellois et de Bruxelloises qui sont prêts et prêtes à prendre des risques. S’il vous plaît, prenez-en quelques-uns pour eux aussi ! Lien vidéo : https://www.facebook.com/DLeisterh/videos/2374495899428922/?t=1]]>