Président de CPAS est un rêve réalisé

En deux mots, c’est quoi être Président du CPAS ?

Devenir président de CPAS était un rêve, aujourd'hui réalisé.

Deux petites minutes de vidéo pour vous en parler avec, pour extrait choisi : "Le CPAS c'est aussi 250 personnes qui y travaillent: toute une série d'équipes qui cherchent à développer au jour le jour de nouvelles initiatives." Merci à elles 🙂

Publiée par David Leisterh sur Samedi 8 septembre 2018

  • octroyer des aides sociales
  • gérer 250 personnes qui y travaillent et des équipes dynamiques
  • 1/3 du budget communal
  • développer au jour le jour des initiatives
  • réfléchir à l’avenir des personnes âgées
  • développer l’entrepreneuriat
  • co-gérer une maison de repos
  • s’éclater, s’épanouir et s’investir quotidiennement
  • 10.000 rencontres exceptionnelles, histoires et liens impérissables
  • … c’est ma vie.

On ne peut pas accueillir toute la misère du monde… mais on doit en prendre notre part

Je suis parfois interpellé quant à la crise de l’asile et les actions que compte prendre la Commune et singulièrement le CPAS (que nous gérons).

Ci-joint, un article du Soir d’aujourd’hui qui reprend correctement quelques éléments.

Il faut savoir que le Gouvernement fédéral travaille actuellement à un plan de répartition sur l’ensemble du territoire. De par les actions citées dans l’article, notre volonté est de prendre dès maintenant les devants à Watermael-Boitsfort.

Plusieurs réunions se sont déjà tenues à ce sujet (encore une ce matin).

Outre l’accueil de demandeurs d’asile déjà arrivés en Belgique, notre CPAS entend être un des premiers à probablement s’inscrire dans un programme unique géré par l’ONU qui prévoit d’aller chercher directement des réfugiés en attente dans des camps avant qu’ils entament le terrible parcours migratoire.

En parallèle, nous mettons en place une vraie task force composée, pour chaque réfugié, d’assistants sociaux, d’agents d’insertion socio-professionnelle et de médiateur/gestionnaire de dettes/budget afin d’assurer une intégration correcte, humaine et la plus rapide possible.

A ajouter : Watermael-Boitsfort dispose, au sein de son CPAS, d’une ILA pour MENA, à savoir un centre (au Jagersveld) qui accueille depuis 3 ans 10 jeunes étrangers non accompagnés.

Rocard, un Ministre socialiste français (sic!) disait : « On ne peut pas accueillir toute la misère du monde. ». On oublie toutefois souvent la deuxième partie de la phrase : « mais on doit en prendre notre part ».

Articlelesoir

Demandeurs d’asile – Réfugiés

Demandeurs d’asile – Réfugiés : à Watermael-Boitsfort, des structures locales sont en place mais vous êtes nombreux à également vouloir apporter un don matériel.

C’est possible, plus d’infos via ce lien.